Retour

Au moment de l’envoyer, Jean-Louis le retient, se le garde pour mieux l’enviyer, saturé, parfait, et l’effet est immédiat. Tout le SDF se lève, hurle, applaudit : c’est définitivement gagné. Les gradins et la pelouse le lui font savoir, et JL prend sa mini-caméra pour immortaliser cet échange d’amour qui se produit sous ses yeux : " Souvenir ! Souvenir ! " nous précise-t-il, pour affirmer que cet instant-là est un moment fort dans sa vie. Temps à nouveau reçoit le même accueil que Entends-moi : chaleureux et passionné. Contrairement à ce que tout le monde pense, Jean-Louis a écrit des standards depuis Téléphone et sa carrière solo est aussi connue que ses 20 premières années de carrières. Ce n’est qu’en définitive qu’une question de générations. Le traditionnel" Ein, zwei, drei " de la version live est devenue " 1,2,3…0 ". En plus, cela tombe bien, il fait encore jour et…Il fait beau, il fait beau. " On a juste le temps d’en faire une dernière. L’équipe des Rolling Stones ont été des amours. Si j’ai rêvé d’un autre monde, j’aurais choisi ce moment " Dans la catégorie " Toutes générations ", c’est forcément un autre Monde qui rassemble tout les suffrages. Un instant on pourrait se croire à un giga concert de Jean-Louis tellement on a l’impression que personne n’est impassible. 80 000 gorges se déploient " Ma Réalité… ". Pour l’anecdote, j’étais au SDF pour France-Italie. Au moment où les équipes s’échauffent, la FIFA diffuse traditionnellement" de la musique typique " de chacun des pays. La sono à dons évidemment diffusé Zucchero et…Un autre monde. Comme le dit JLA, les chansons ont un destin. Le sien était de devenir un hymne (entre nous, c’est mieux que la Marseillaise). Il manquait juste un long " Voilà c’est fini ", mais JL disposait de 45 minutes, et le Bridges to Babylon tour n’est visiblement pas le souk de Marrakech : on ne négocie pas !