Retour


Mille merci à l’excellent Fred pour ce super résumé

Grand rendez vous pour nous tous, aubertmaniaques, que ce 25 Juillet au Stade de France, ou Jean-Louis venait de chauffer le public de " Michel Grande Bouche ". Samedi 25 Juillet, 20H00 pile, la foule s’agite : Olivier et Karim arrivent tout de noir vêtu (comme d’hab !), Ritchie s’installe derrière ses fûts. Et puis arrive une silhouette connue, drapée dans… un drapeau bleu, blanc, rouge ! Oui, vous avez bien lu, Jean-Louis, citoyen du monde vouant une allergie affichée aux drapeaux et autres bannières, s’enroulant dans les couleurs nationales. Histoire de rappeler à tout le monde qu’ils sont les petits frenchies. Et que les Stones ont choisi un groupe local pour ouvrir. Exit les Pearl Jam et autres…And now, Jean-Louis Aubert, from. France . Il déplie son drapeau, il le jette en l’air : " J’ai trouvé ça dans les vestiaires " Ah, Ah, Ah, Bien vu Jean-Louis ! Depuis deux semaines, le Stade de France est devenu un lieu de culte. Les Français en sont fiers. Rien de tels pour se foutre tout le monde dans la poche. Une fois de sa cape débarrassée, JL laisse apparaître un tee-shirt Jaune et noir, sur un jean orange : pour être vu dans un si grand stade, il fallait au moins ça. Premiers accords de Stockholm. Une version unique, devenue pour un soir
" Stockholm-Paris " : " A Paris, j’ai cueilli le hard, au Stade de France, j’ai rencontré les hordes ",
" Puisqu’il ne s’agit plus de se battre, de combattre, puisqu’il ne s’agit plus de Coupe du Moooooonde ".
Le public accroche sur ce morceau qu’il ne connaît pas, mais le mec qu’il a en face de lui dégage de l’énergie, une force qui suscite le respect. Personne ne siffle. C’est la première fois que je vois une première partie aussi appréciée. Les premiers rangs lèvent le bras, Jean-Louis se cale sur eux. (Nous sommes dans les loges VIP-la honte ! ­ Et quelques dames bien habillées tapent dans leurs mains.